La plupart des gens envisagent les cabanes comme une petite maisonnette idéale pour passer la fin de semaine au calme, (ou pas) en famille ou entre amis. Souvent on les conçoit comme un mini chez-soi. Ainsi on apporte donc en pleine nature tous les démons de notre vie quotidienne moderne. De la sorte même dans les cabanes dans le fond des bois, on retrouve toute sorte d’équipements modernes comme la télévision par câble, l’eau chaude et l’accès à Internet.

La cabane Woodpile a pris le contrepied de tout cet attirail !

En effet, la cabane Woodpile est extrêmement minimaliste. Les quatre murs sont fabriqués grâce à une accumulation de bûches en bois au sein d’une structure métallique. Ainsi lorsque les murs sont remplis, ils fournissent à la fois une isolation contre le vent, mais aussi un approvisionnement constant de bûches pour le foyer.

Le mobilier est également assez simple. Il y a des bancs contre les murs et un foyer au centre. Enfin, le tout est recouvert par toit métallique perforé laisser s’échapper la fumée et éviter les intoxications au monoxyde de carbone!

La cabane Woodpile a été conçue par Noa Biran et Roy Talman pour le Concours « Warming Huts – an Art and Architecture Competition on Ice » à Winnipeg, au Canada. Cette installation a été installé le long de la piste de patinage sur la rivière Assiniboine gelée. Elle avait pour mission de garder les patineurs au chaud lors de leur pause .

cabane-woodpile-empiler-bois-rester-chaud-noa-biran-roy-talmon-0

Un pavillon 4 saisons!

Une cabane à l’apparence changeante au fil des saisons :

Avant l’arrivée de l’hiver, les murs permettent d’amonceler le bois de chauffage. Ainsi lorsque l’hiver commence le niveau du bois est au max! Les murs sont entièrement comblés. Cela permet d’isoler la cabane des vents hivernaux. En regardant à travers les fissures entre le bois, on peut voir le feu de camp à l’intérieur.

Mais au fur et à mesure que le printemps approche, le niveau du bois est de plus bas. Ainsi l’espace intérieur de la hutte est progressivement révélé et exposé à l’extérieur. Ainsi, qu’en vient le printemps, la structure est entièrement ouverte. En l’été, la cabane pourrait servir de pavillon ombragé le long de la rivière. On pourrait imaginer remplacer le bois, par une moustiquaire, créant ainsi un gazébo.

cabane-woodpile-empiler-bois-rester-chaud-noa-biran-roy-talmon-2

cabane-woodpile-empiler-bois-rester-chaud-noa-biran-roy-talmon-3

Photos : Henk Von Pickartz, Brian Gould, Peter Hargraves, Dave Pancoe et Dan Harper.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires *