Quelles sont les tendances manière d’habitation aujourd’hui au Québec? 

Au Québec l’habitation a tendance à réduire la superficie et à rechercher beaucoup de lumière naturelle.

Compte tenu de ses deux facteurs, les habitants ont tendance à élargir leur intérieur vers l’extérieur. C’est pourquoi la terrasse devient un prolongement de la maison. Outre l’aménagement des terrasses ou des balcons, on construit aussi toute sorte d’abris, de gazebos. Ces petits aménagements permettent de mieux vivre et de profiter davantage de l’espace l’extérieur.

Pourquoi rétrécir son logement pour augmenter l’efficacité de l’espace?

D’abord, il y a de plus en plus de personnes au Québec qui vivent seules. Et quand on est seul, on a besoin de moins d’espace pour suffire à ses propres besoins. Il y a un autre facteur qui puisse expliquer cette diminution de l’espace : c’est que les coûts de construction aux pieds carrés ont énormément augmenté. De plus, les coups de l’énergie ont aussi augmenté ces dernières années. Ensuite, de plus en plus de gens se sentent conscients est concernés par l’environnement. Enfin, ce sont tous ces éléments qui favorisent la réduction de l’espace.

Les mini maisons est-ce une véritable tendance ou c’est juste un argument pour aller chercher les clients qui ont moins d’argent?

C’est quelque chose qui selon moi est parti pour rester. En effet, l’argent est loin d’être la seule motivation des gens. En effet, de plus en plus de gens souhaitent empreinte écologique. Ainsi ce n’est pas uniquement une question financière. La question financière peut être un des facteurs qui fasse pencher la balance, mais ce n’est pas le seul. Certes il y a beaucoup de gens qui veulent se libérer des charges et des contraintes financières, mais pour aller au bout de la démarche et déménager dans une mini-maison, il faut des convictions.

Y a-t-il des gens qui font marche arrière?

Des gens qui habitent une petite maison puis qui se rendent compte qu’il préférait leur loyer onéreux d’auparavant? À mon humble connaissance, il n’y en a aucun.

De plus si une mini maison est bien conçue, c’est-à-dire en fonction des réels besoins des propriétaires ce n’est pas forcément contraignant de vivre dedans.

À l’inverse, il y a beaucoup de gens aussi qui vivent dans des maisons immenses, mais qui utilisent pas forcément tout l’espace de leur maison, car l’espace est mal pensé ou mal adapté à leurs besoinsEnfin, les mini raisons ça fait rêver, on envoie beaucoup dans les magazines de design, mais on en voit peu au Québec en ce moment, pourquoi?

D’une part, car c’est un phénomène qui est encore marginal. D’autre part il y a un grand fossé, entre la superficie d’une mini-maison.

En effet, si depuis 2007 la maison canadienne rapetisse, la superficie moyenne d’un loyer reste quand même d’environ 1900 pieds carrés. C’est pas mal plus grand que ce qu’on trouve en Europe, mais beaucoup moins grand que ce qu’on trouve chez nos voisins du Sud, les Américains, dont la superficie moyenne de l’habitat est de plus 2600 pieds carrés.

Enfin, si on en voit encore très peu au Québec c’est que les municipalités qui permettent leurs implantations sont très rares et qu’elles sont éloignées des grands centres. Actuellement il y en a trois:  une en Abitibi, une dans les Laurentides et une en Estrie.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires *