Partant du constat que la superficie des habitations a doublé depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, que l’accès à la propriété est de plus en plus difficile, que l’empreinte environnementale des ménages et l’étalement urbain ne cesse de s’accroitre, il est essentiel de repenser les besoins actuels des ménages.

Face à cette problématique les mini-maisons pourraient être une solution potentielle à ces nombreux problèmes.

Lors du colloque sur l’avenir de la mini et micro habitation, plusieurs intervenants ont mis lumière le fait que la mini-maison est une solution qui répond aux tendances sociodémographiques canadiennes et québécoises.

En effet, tout d’abord la mini-maison offre aux ménages vieillissants l’opportunité de conserver leur autonomie dans une maison mieux adaptée et plus facile à entretenir. De plus cette solution peut aussi leur permettre de garder leur maison, pour en faire un revenu locatif.

Ensuite, cette solution permet également aux jeunes en début de carrière d’accéder à la propriété sans avoir à contracter une hypothèque importante. plus difficile à rembourser dans le contexte d’incertitude financière et de mobilité accrue qui caractérise actuellement le marché du travail.

Les mini-maisons répondent aussi plus globalement à l’enjeu de la diminution de la taille des ménages. 

En effet depuis les années 1960 la taille du ménage moyen québécois ne cesse de diminuer. Selon de la Société d’habitation du Québec en 1961, 7 % de ménages ne sont composés que d’une seule personne au Québec ; en 2001, ils représentent 29,6 % des ménages. Ainsi les grandes maisons ne sont pas forcément en adéquation avec la réalité des ménages.

De plus, les mini-maisons peuvent ainsi contribuer à créer des habitats multigénérationnels et multifamiliaux. 

Aujourd’hui les familles sont plus mobiles. Elles se décomposent et se recomposent beaucoup plus qu’avant. Ainsi les besoins évoluent rapidement et cette solution de mini-maisons pourraient constitués une solution.

Les mini-maisons constituent une opportunité pour les commerces locaux:

L’espace restreint à l’intérieur de ces habitations pourraient encourager la fréquentation des espaces publics et des commerces de proximité. De plus, l’argent qui n’est pas mis dans le remboursement de crédit est disponible pour des loisirs.

Enfin, la mini-maison représente une opportunité de densification douce.

Les mini-maisons permettent de diversifier l’offre en habitation, de favoriser l’abordabilité et l’accès à la propriété. De plus, elles contribuent à diminuer l’empreinte environnementale des ménages. Afin elles contribuent à un développement territorial plus respectueux de l’environnement.

Enfin avec près de 1/3 des ménages qui vivent seuls, le secteur des micros et des mini-maisons représentent une solution de logements pour ces personnes. Qu’ils soient jeunes professionnels, retraités. Ainsi, la demande de petites habitations est appelées à se développer, c’est pourquoi l’offre et la législation qui les encadrent doivent s’adapter à cette demande nouvelle.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires *