Elle est construite en un temps record, moins chère, et aussi solide qu’une maison traditionnelle. La différence ?

Celle-ci est fabriquée par des imprimantes 3D.

Qu’est-ce que l’impression 3D pour la construction ?

L’impression 3D est une famille de procédés techniques qui permettent de concevoir un objet à partir d’un modèle numérique.

Cette technologie révolutionnaire permet donc aux architectes de passer du plan à la maquette, puis à la maison grandeur nature, presque en un claquement de doigts.

Pour les produits de construction en béton, la technique la plus courante et la plus prometteuse consiste à extruder une couche de béton ou de mortier à travers une « tête d’impression ». Les couches s’accumulent et les murs et cloisonnements commencent à se dresser. la scène est hypnotique. En quelques heures, l’ossature d’une authentique maison est sortie de terre. L’imprimante géante utilisée se compose de deux rails sur lequel circule une grue-portique. Cette dernière est équipée d’un bec verseur. Il déverse du béton par couche.

La startup a présenté son prototype à Austin au Texas en mars dernier lors du festival South bis Southwest.

icon-une-maison-est-sortie-de-terre-en-quelques-heures-grace-a-une-imprimante-3d-4

Impression 3D : la startup américaine ICON construit une maison en un jour

Icon est capable de construire une maison en moins de 24 heures.

Cette startup américaine imprime des habitations en 3D. L’objectif l’entreprise c’est de fabriquer des logements à bas coût pour le plus grand nombre.
Elle s’est associée avec l’ONG New Story, spécialiste de l’hébergement qui construit des maisons à Haïti, en Bolivie et au Salvador.

L’imprimante 3D d’ICON s’appelle The Vulcan.

Elle est conçue pour être facilement transportable par camion. De plus, elle est capable d’imprimer une maison pouvant atteindre 800 pieds carrés, soit environ deux à trois fois la taille d’une petite maison conventionnelle. Cette imprimante géante dépose plusieurs couches de matériaux pour former les murs. L’imprimante The Vulcan utilise un mortier qui peut provenir de presque n’importe où. L’idée c’était de développer une technologie qui pourrait être utilisée n’importe où dans le monde, même dans les endroits où il n’y a peu de ressources de construction.

Jason Ballard, le cofondateur d’ICON, a déclaré : « La grande différence, entre un pays développé et un autre en voie de développement, c’est la disponibilité des ressources et des matériaux disponibles pour la construction.”

Ces habitations imprimées en 3D réduisent non seulement les coûts de main-d’œuvre, mais aussi le temps du chantier de construction.

ICON aimerait également développer à l’avenir des robots qui pourraient installer automatiquement les fenêtres, ainsi que des drones qui pourraient pulvériser les murs extérieurs. La société prévoit également d’explorer la possibilité d’imprimer des toits.

Une maison modeste de 60 mètres carrés.

icon-une-maison-est-sortie-de-terre-en-quelques-heures-grace-a-une-imprimante-3d-11

icon-une-maison-est-sortie-de-terre-en-quelques-heures-grace-a-une-imprimante-3d-11

icon-une-maison-est-sortie-de-terre-en-quelques-heures-grace-a-une-imprimante-3d-4

icon-une-maison-est-sortie-de-terre-en-quelques-heures-grace-a-une-imprimante-3d-4

icon-une-maison-est-sortie-de-terre-en-quelques-heures-grace-a-une-imprimante-3d-4

La maison est en ciment. Elle mesure juste 60 mètres carrés. Elle dispose d’un salon, d’une chambre, d’une salle de bain et un petit extérieur.

La première maison réalisée servira de bureau dans un premier temps.

À l’intérieur de cet édifice témoin, l’entreprise compte installer des outils pour mesurer la qualité de l’air, et au besoin améliorer les performances de la maison.

Le coût de la construction revient pour le moment à 10 000 dollars.

L’entreprise souhaite réduire les coûts afin d’offrir une prestation qui ne dépassent pas les 4 000 dollars. Pour y parvenir, Icon doit multiplier les chantiers de construction afin de diminuer les coûts de production à l’unité.

L’impression 3D, une solution d’avenir pour le monde du logement ?

L’idée est de rendre possible la réhabilitation rapide de quartiers ravagés par des catastrophes naturelles. L’idée c’est de faire des habitations imprimées en 3D, une solution d’urgence ou des logements provisoires.

La jeune société a été cofondée en novembre 2017 par Alex Le Roux, Jason Ballard et Evan Loomis. Icon utilise “des matériaux de pointe testés selon les normes de sécurité, de confort et de résilience les plus reconnues et conçus pour fonctionner avec des méthodes de production zéro déchet, afin de lutter contre la pénurie de logements”, indique son site internet. L’entreprise vise en priorité le marché des mal-logés, qui représente environ 1 milliard de personnes dans le monde.

Avec ce procédé, l’entreprise s’apprête à construire 100 nouvelles maisons au Salvador au cours de l’année 2019. Ce projet entre dans le cadre de son partenariat avec l’ONG New Story, rapporte Numerama. Cette opération devrait donner une visibilité internationale à la startup, une bonne façon d’attirer l’attention des investisseurs.

Mais Icon ne veut pas se limiter aux pays en développement.

La société espère commercialiser à long terme sa technologie d’impression de maisons aux États-Unis, mais également là où les pénuries de logements atteignent des niveaux alarmants.

 L’impression 3D sera-t-elle la technologie permettant de réduire significativement le coût d’achat d’une propriété?

Chose certaine, le tout paraît prometteur… Cependant, pour l’instant, la durabilité de ce type de construction n’est pas évoquée.

Alors, je reste un peu mitigée… Surtout qu’à la vue des photos cette maison nécessite une fondation.

 

EnregistrerEnregistrer

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires *