Pendant des siècles, les humains ont essayé de capter l’énergie naturelle rayonnant du soleil. De nombreux architectes, ingénieurs et autres spécialistes se sont penchés sur la question : comment est-ce que l’énergie solaire peut répondre à certains besoins et plus particulièrement en matière de chauffage? Mais n’y a-t-il donc jamais eu de femmes qui se soient intéressées à ce phénomène? … En réalité, on ne peut évoquer la thermoélectricité sans parler de Maria Telkes.

dover-sun-house-la-maison-solaire-de-maria-telkes-et-deleanor-raymond

Maria Telkes a découvert des façons concrètes d’utiliser l’énergie du soleil. C’est également l’inventrice de la première maison entièrement chauffée à l’énergie solaire. Et pourtant sa contribution reste rarement mentionnée.

Né à Budapest, en Hongrie – Maria Telkes s’installe aux Etats-Unis à la fin de ces études. Rapidement elle commence ses recherches sur l’énergie solaire au Massachusetts Institute of Technology. Elle a développé des nombreux projets. Elle a entre autres mis au point une unité de dessalement miniature, pour la Marine pendant la Seconde Guerre mondiale et a ainsi permis de sauver la vie de nombreux marins et aviateurs.

dover-sun-house-la-maison-solaire-de-maria-telkes-et-deleanor-raymond-1

L’un de ces projets le plus importants a été Sun House de Dover.

Dans les années 1940, elle s’est associée à l’architecte Eleanor Raymond pour construire la première maison chauffée à l’énergie solaire! Le projet financé par la sculptrice Amelia Peabody, fun l’un des premiers du genre : une maison entièrement chauffée à l’énergie solaire.

La maison utilisait un système novateur de stockage et d’absorption du rayonnement solaire de jour, pour le restituer en chauffage la nuit.

Pour effectuer cette petite prouesse, ancêtre du photovoltaïque, Maria Telkes a utilisé du sel. Il se fige au soleil, capturant ainsi l’énergie solaire. Ensuite la nuit, lorsque la température baisse, la chaleur emprisonnée par le sel se libère sous forme d’énergie.

Le système de Maria Telkes consiste à disposer des grandes fenêtres en verre qui reçoivent les rayons du soleil, chauffant l’air derrière la vitre de la fenêtre. L’air est transféré par la suite dans un autre espace, où des ventilateurs déplacent l’air chaud dans des compartiments de stockage remplis de sulfate de sodium. Ces compartiments se situent dans les murs de la maison. Ils jouent le rôle de radiateur.

Le système est très rentable et plus efficace que toute autre solution à l’époque.

Cela fonctionnait bien durant l’hiver au Massachusetts, lorsque la maison avait besoin d’être réchauffée. Durant l’été, lorsque la maison était chaude, la solution saline refroidissait l’air intérieur en aspirant une partie de la chaleur.

La technologie de la Dover Sun House a été présentée comme une véritable innovation.

Le projet fut particulièrement retentissant car la maison a été bâtie et financée par trois femmes. Maria Telkes a d’ailleurs reçu pour ce projet le premier prix d’excellence de la Society of Women Engineers en 1952. Ce fut la première récipiendaire de ce prix d’excellence.

En dépit de cela, Maria Telkes est très peu connue aujourd’hui, alors que l’énergie solaire et les enjeux environnementaux sont devenus une problématique incontournable.

dover-sun-house-maison-solaire-de-maria-telkes-et-deleanor-raymond-1

Les apports de Maria Telkes ont été nombreux.

Maria Telkes a entre autres travaillé sur le projet Solar One.

Quelques années après Dover Sun House, dans les années 1970, l’Amérique a connu sa véritable crise pétrolière. Ainsi pour tenter de passer au travers, l’Amérique s’est tournée vers les scientifiques pour trouver des solutions. Karl Böer, un scientifique de renom dans le domaine de l’énergie photovoltaïque a organisé un atelier à l’Université du Delaware pour développer un bâtiment solaire : Solar One.

L’objectif était de bâtir une maison résidentielle à être entièrement alimentée à l’énergie solaire.

Solar-One-building-maison-solaire-maria-telkes-karl-boerMaria Telkes a été recrutée pour participer à l’élaboration du projet, et pour ses connaissances approfondies dans ce domaine. “Nous avions une équipe de dix personnes qui comprenait les meilleurs architectes et ingénieurs du pays,” explique Karl Böer, “mais Maria était responsable de 20 % des travaux. Elle avait une réponse à tout.”

Une fois terminé, le bâtiment a suscité un vif intérêt de la part du public et du monde des affaires, qui a reconnu pour les possibilités de l’énergie solaire.

Jusqu’à la fin de sa carrière, Maria Telkes a continué à développer des applications de l’énergie solaire, en déposant plus de 20 brevets au cours de sa carrière.

Maria Telkes a notamment développé un four solaire.

Il était à la fois simple à fabriquer mais très puissant!  Maria Telkes y est parvenue à mettre au point un four bon marché, facile à utiliser, qui pouvait cuire n’importe quel type d’aliments. Il était capable de maintenir une température de 350 degrés, et de faire cuire du pain ou un rôti.

four-solaire-Maria_Telkes

Je suis surprise de constater que parfois les travaux des femmes sont évincés de l’histoire.

J’ai étudié en design, et je n’ai jamais entendu son nom au sein d’un de mes cours. Sur le web, très peu de sites francophones parlent de son travail. Si vous vous sentez concernés par la représentation des femmes dans l’histoire de l’architecture, de la science, ou dans l’histoire en générale je vous invite à partager cet article.

Vous aimerez peut-être aussi

Laisser Un Commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. les champs marqués d'une asterisque sont obligatoires *